L’actionnariat majoritaire étranger prend de l’ampleur au sein des clubs français

Par Arthur DONNADIEU

La première journée de Ligue 1 Uber Eats 2022/2023 aura lieu le week-end du 5, 6 et 7 août 2022, quant à la Ligue 2 BKT, elle débutera les 30 et 31 juillet prochains. A l’aune de cette saison qui s’annonce particulière, avec la Coupe du Monde de football 2022 qui se déroulera en hiver, entre le 14 novembre et le 18 décembre 2022, ainsi que la relégation de 4 clubs de L1 en L2 et 4 de L2 en N1, faisons le point ensemble sur les actionnaires majoritaires étrangers dans les championnats du top 5 européen.

Aujourd’hui, en France, 9 clubs de Ligue 1 Uber Eats sont sous pavillon étranger[1] (près de la moitié des clubs de L1) et si cette dynamique pourrait toucher de nouveaux clubs dans les semaines à venir, les nationalités des actionnaires majoritaires/propriétaires sont diverses : américain, émirati, qatari, chinois, russe, luxembourgeois ou encore suisse. D’après le rapport annuel de l’UEFA « The European Club Footballing Landscape », ce chiffre était de 7 en 2018.

En Ligue 2 BKT, 4 clubs ont un actionnaire majoritaire étranger :

Enfin, c’est le cas de 3 clubs de National :

Outre-manche, en Premier League, 14 clubs sont majoritairement détenus par un actionnaire étranger. Les investisseurs américains sont présents dans 5 clubs : Arsenal, Liverpool, Manchester United, Chelsea et Burnley. Concernant Crystal Palace, le propriétaire est américain mais l’actionnaire principal est une société britannique. Les italiens sont également bien représentés (propriétaires de Leeds et Watford). Par ailleurs, un thaïlandais est à la tête de Leicester City, un chinois à la tête de Wolverhampton et Abu Dhabi United Group Investment est l’actionnaire majoritaire de Manchester City (Emirat arabes unis). Autre exemple, un consortium d’investisseurs dirigé par le fonds souverain d’Arabie Saoudite (Public Investment Fund) a racheté 100% des parts du club de Newcastle en octobre 2021.

En Serie A, 11 clubs ont un actionnaire majoritaire qui n’est pas italien (8 propriétaires étrangers au total). On trouve, en particulier, 8 actionnaires majoritaires américains dans les clubs de Bologne, Atalanta Bergame, Genoa (777 Partners), Fiorentina, AC Milan (RedBird Capital Partners), AS Rome, Spezia et Venise. L’Inter Milan est lui sous pavillon chinois (Suning Holdings Group) depuis 2016.

L’actionnariat majoritaire étranger est peu présent en Espagne (4 clubs de Liga). L’actionnaire majoritaire du FC Grenade est la société Daxian dirigée par le groupe chinois Wuhan DDMC FC Management. L’Espanyol de Barcelone est détenu par Rastar Group (chinois), quant au FC Valence, il est géré par le singapourien Peter Lim via Meriton Holdings Limited (Hong Kong/Chine). Enfin, le RCD Majorque appartient à l’américain Robert Sarver. A noter que certains clubs en Espagne sont dirigés par les socios (supporters actionnaires), c’est notamment le cas du Real Madrid, du FC Barcelone, de l’Athletic Bilbao et d’Osasuna.

Pour conclure notre tour des championnats du top 5 européen, en Bundesliga, la règle des «50 + 1» interdit à un actionnaire autre que l’association fondatrice d’un club de détenir plus de 50% des parts de ce dernier, il n’y a donc aucun actionnaire majoritaire étranger.

 

[1] Nous entendons par l’expression « sous pavillon étranger » les clubs qui ont à la fois un actionnaire majoritaire et un propriétaire étrangers.

 

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Agenda

ASSEMBLEE GENERALE FU

CODIR FU

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CODIR FU