Vers un nouveau départ ?

Par Arthur DONNADIEU

La DNCG a publié les rapports annuels de Ligue 1 Uber Eats et de Ligue 2 BKT. De nombreuses données méritent d’être retenues.

Ligue 1

Les revenus des clubs de Ligue 1 Uber Eats ont atteint un pic en 2018/2019, dernière saison pleine avant Covid : 2,537 Md€. Les droits audiovisuels comptaient pour 36% (901 M€) du total, le résultat des opérations de mutation pour 25% et les revenus de sponsoring/publicité pour 16%. Depuis, le total de ces produits a chuté, -12,5% entre 2018/2019 et 2019/2020 et -12,9% entre 2019/2020 et 2020/2021. Ces baisses s’expliquent notamment par une forte diminution des droits TV en 2019/20, par l’absence de revenus de billetterie en 2020/21 et par un marché des transferts en berne.

 

Les revenus de droits TV des clubs de Ligue 1 Uber Eats proviennent de plusieurs sources, des droits nationaux et internationaux du championnat de Ligue 1 (62%), des droits audiovisuels européens pour les clubs participant à une Coupe d’Europe (34%), des droits audiovisuels de la coupe nationale (1%) et des autres droits (3%) pour la saison 2020/2021.

 

 

 

Concernant les opérations de transferts, que ce soit vis-à-vis des clubs étrangers ou de la Ligue 2 BKT, les clubs de Ligue 1 Uber Eats ont une balance négative : -42,8 M€ par rapport à l’étranger (61 achats/50 ventes) et -38,6 M€ par rapport à la L2 (15 achats/6 ventes). Ce solde négatif global de -81,4 M€ est proche de celui de la saison 2019/2020 (-92,4 M€) alors que ce dernier était nettement positif en 2018/2019, +278,2 M€. Par ailleurs, les mutations intra-Ligue 1 représentent 26 transferts pour un montant total de 101,5 M€.

 

 

Enfin, en 2020/2021, la perte réelle des clubs de Ligue 1 Uber Eats s’élève à -646 M€, c’est 427 M€ de perte supplémentaire par rapport au résultat net prévu par l’ensemble des clubs dans le budget initial. Sans les abandons de comptes courants réalisés au-delà de ceux prévus dans le budget initial, cette perte supplémentaire atteindrait même 598 M€. La crise du Covid et la défection de Mediapro sont notamment à l’origine de ces lourdes pertes.

 

Ligue 2

Les revenus des clubs de Ligue 2 BKT sont relativement stables depuis la saison 2016/2017. C’est en 2018/2019 que les revenus ont été les plus élevés (316 M€), menés notamment par 115 M€ de droits audiovisuels, 36% du total, et 105 M€ de résultat de mutations (33%). En 2020/2021, le fait que la plupart des matchs se jouent à huis clos a entraîné une baisse des revenus (-9,2% vs 2018/2019) avec seulement 4 M€ de recettes matchs contre 21 M€ en 2018/2019.

 

Lors de la saison 2020/2021, les clubs de Ligue 2 BKT ont acheté 21 joueurs étrangers pour un montant de 9,5 M€ et, à l’inverse, ont vendu 18 joueurs à des clubs étrangers pour 39,5 M€. Le solde avec la Ligue 1 est positif (38,6 M€) avec des ventes pour 42,5 M€ et des achats pour 3,9 M€. Aussi, il n’y a eu que 2 transferts intra-Ligue 2 (0,3 M€). Le solde global est donc de +68,6 M€ pour les clubs de L2.

Enfin, le résultat net de l’ensemble des clubs de Ligue 2 BKT atteint -39,2 M€ cette même saison.

Ainsi, les clubs de football français ont-ils souffert financièrement en 2019/2020 et 2020/2021, conséquence notamment de la crise du Covid qui a provoqué un arrêt prématuré du championnat en 19/20 et une majorité de matchs disputés à huis clos en 20/21 et de la faillite du diffuseur Mediapro. La création de la filiale commerciale et l’engagement ferme d’investissement par le fonds CVC d’un montant total de 1,5 milliard d’euros au capital de celle-ci vont permettre aux clubs professionnels d’enclencher une nouvelle dynamique. Vers un nouveau départ ?

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL