Contrats records pour la D1 féminine anglaise : les prémices d’une suprématie en Europe ? 

Par Arthur DONNADIEU

D’après le baromètre 2020/2021 d’image des clubs professionnels réalisé par IPSOS (en collaboration avec la LFP et Foot Unis), 49 % des personnes intéressées par le football ont un intérêt pour au moins une équipe de D1 ou de D2 féminine. Ce pourcentage grimpe même à 62% pour les fans de football. Les jeunes (-30 ans) intéressés par le football sont 56 % à porter de l’intérêt pour une ou plusieurs équipes de football féminin.

Ces pourcentages, en hausse ces dernières saisons, sont un signe encourageant pour les clubs de D1 Arkema et de D2. Au-delà du prisme de l’intérêt du football féminin auprès de la population française, nous allons, à travers cet article, comparer le fonctionnement et l’écosystème de la D1 Arkema à ceux d’autres championnats féminins en Europe.

Créée en 1974, la D1 féminine française a beaucoup évolué depuis, elle compte aujourd’hui 12 clubs en son sein. Stimulée notamment par les 7 victoires de l’Olympique Lyonnais en Ligue des Champions lors des 11 dernières saisons, la France occupe la première place au classement des associations féminines. Ce classement permet aux clubs ayant terminé aux trois premières places de D1 Arkema d’accéder à l’UEFA Women’s Champions League. A l’inverse, les 2 dernières équipes du classement sont reléguées en D2. Observons alors la situation des autres championnats phares :

2 équipes se retrouvent également reléguées en fin de saison dans les autres championnats, hormis en Angleterre (1 seule relégation) et aux Etats-Unis où il y a une Ligue fermée sans relégation.

Si l’on s’intéresse aux nombres de joueuses licenciées dans ces différents pays, les Etats-Unis sont très loin devant avec près de 10 millions de joueuses, suivi de l’Allemagne avec 1,1 million, de la France 200 000 et de l’Angleterre 120 500. Le championnat de NWSL (USA) mène également la danse en termes d’affluence avec 7 383 spectateurs par match en moyenne en 2019. La D1 anglaise est 2ème avec une moyenne de 3 000 spectateurs, la France complète le podium avec un peu plus de 1 000 spectateurs par match.

Concernant les montants des droits audiovisuels, la D1 anglaise a signé un nouvel accord avec Sky et BBC pour un montant record de 9,4 M€/saison sur le cycle 2021/24 contre 1,2 M€/saison pour la D1 Arkema (Canal +). Le futur contrat de Naming de Barclays en Angleterre (prolongation du contrat actuel de 2,35 M€/saison) battra lui aussi un record : 4,7 M€/saison sur le cycle 2022/25. La D1 française reçoit-elle 1 M€/saison sur le cycle 2019/22 de la part d’Arkema pour la naming, ce montant est proche de celui des D1 féminines en Espagne (Iberdrola) et en Allemagne (FlyerAlarm).

Ligue des champions

Cette saison, la Ligue des Champions féminine a vu la création d’une phase de poules.

Avant d’atteindre ce stade dans la compétition, certaines équipes doivent disputer deux tours de qualification. Le premier tour de qualification met aux prises, d’une part, les équipes classées 3ème des associations de la 1ère à la 6ème place au classement UEFA (Les Girondins de Bordeaux notamment cette saison) et les 2ème des associations classées de la 7ème à la 16ème place au classement UEFA et, d’autre part, les champions des associations de la 7ème à la 50ème place UEFA. Pour se qualifier pour le second tour, ces clubs doivent remporter deux confrontations aller/retour.

Le 2ème tour voit ensuite s’affronter les 1er des associations classées de la 4ème à la 6ème place au classement UEFA, les équipes qui ont terminé 2ème des championnats classés de la 1ère à la 6ème place au ranking UEFA et les 15 clubs qualifiés via le Tour 1.

Alors, les 12 qualifiés du deuxième tour de barrages rejoignent le tenant du titre de la Ligue des Champions féminine ainsi que les 3 clubs qui ont remporté leur championnat dont l’association est classée de la 1ère à la 3ème place au classement UEFA, pour disputer la phase de poules. Le tirage au sort pour déterminer la composition des 4 poules de 4 équipes est ensuite effectué selon la position des clubs dans les 4 chapeaux distincts (selon le ranking UEFA des clubs). Les équipes classées premières et deuxièmes de chaque groupe accèdent aux quarts de finale (c’est notamment le cas de l’Olympique Lyonnais et du Paris Saint-Germain cette saison), la compétition se déroule ensuite de la même manière que la Ligue des Champions masculine. La finale se déroulera le 22 mai 2022 au Juventus Stadium à Turin.

Pour les deux premières saisons de l’accord audiovisuel signé pour quatre ans, les fans pourront regarder en direct et à la demande les 61 matches à partir de la phase de groupes sur DAZN, et gratuitement sur la chaîne YouTube de DAZN dans le monde entier à l’exception du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

Toujours en tête au classement UEFA, les clubs féminins français peuvent craindre, avec les nouveaux contrats records signés en D1 anglaise, au titre des droits TV et du naming (dont les montants sont plus de 6 fois supérieurs à ceux de D1 Arkema), une suprématie des clubs anglais en Europe dans les années à venir. Pour le moment, ce large avantage économique, outre-Manche, ne se fait pas ressentir dans les résultats en Ligue des Champions. Pour encore combien de temps… ?

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL