HOMMAGE : Jean-Didier Lange, grand serviteur des Girondins

Par DENIS CHAUMIER

Jean-Didier Lange, président et co-président des Girondins de 1991 à 1999, est décédé à l’âge de 74 ans, dans la nuit de mardi à mercredi, à Bordeaux. Jusqu’à ce jour, il siégeait encore au conseil d’administration du club en qualité d’actionnaire, preuve de son attachement indéfectible aux Girondins de Bordeaux.

Dans sa jeunesse, Jean-Didier Lange, étudiant brillant au langage châtié et aux manières exquises, jouait plutôt au hockey sur gazon mais derrière son image presque caricaturale du Bordelais aisé, se dissimulait une passion dévorante pour le football. À l’époque, ses camarades avaient coutume de dire en le voyant : « Tiens, voilà Jean-Didier avec sa crosse et son ballon de foot… »  En novembre 1991, alors que Bordeaux découvrait avec stupéfaction la gestion hasardeuse de Claude Bez, Jean-Didier Lange, avocat d’affaires discret mais déterminé, sauva le club de la liquidation judiciaire. À l’époque, il eut l’idée de rassembler quelques personnalités bordelaises, dont son ami Jean-Louis Triaud, ancien copain de lycée et viticulteur prospère, pour redresser une institution sportive qui sombrait corps et âmes. Ensemble, elles réuniront les 20 MF nécessaires pour convaincre le tribunal de grande instance de leur confier les Girondins de Bordeaux.

Jean-Didier Lange arrivera à convaincre Alain Afflelou, qui était alors son client, de l’épauler à la barre du navire bordelais. À l’issue de sa première année de mandat aux côtés du célèbre lunetier, Bordeaux retrouvera l’élite abandonnée pour cause de relégation administrative, et quatre ans plus tard, avec dans ses rangs les futurs champions du monde Bixente Lizarazu, Zinédine Zidane et Christophe Dugarry, l’équipe atteindra la finale de la Coupe de l’UEFA, à la suite d’une épopée qui l’aura vu réaliser le plus gros exploit européen de l’histoire du club en éliminant le grand Milan AC. À partir de 1996, Jean-Didier Lange sera rejoint à la présidence par Jean-Louis Triaud, à qui il laissera les rênes définitives du club en 1999 lors de son rachat par le groupe audiovisuel M6. En dépit de la conquête du titre de champion de France, il sentait que le modèle avait atteint ses limites et qu’il lui fallait se retirer, préférant les révolutions de velours aux putschs sanglants. « Les présidents passent, le club reste », répondait-il avec amabilité à tous ceux qui sondaient ses ambitions.

S’il n’était peut-être pas le plus connu du grand public, Jean-Didier Lange a beaucoup compté dans l’histoire des Girondins de Bordeaux et il n’est pas exagéré de dire que, sans lui, le club n’existerait probablement plus aujourd’hui, ou pas sous cette forme.
Au moment où il nous quitte, il n’est pas inutile de le rappeler et de rendre hommage à son action audacieuse et résolue.

Toute l’équipe de Foot Unis présente ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Photo : François Ducasse

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dernières actualités

Sur les réseaux

Agenda

Commission Juridico-Sociale (FU)

Codir

Commission Finance (FU)