Par Bruno BELGODERE

Youtube a déjà 16 ans et Titok 5. On parle de blockchain et de ses applications, de Token et de NFT depuis peu. Vous avez peut-être aussi en tête socios.com et Sorare, qui vient de faire la plus grande levée de fonds de l’histoire de la French Tech ?

Oubliez-les, ces nouveaux usages, ils sont déjà obsolètes. Depuis quelques mois, les visionnaires de la Tech n’ont qu’un mot à la bouche : le métaverse.

Imaginé par Neal Stephenson, auteur de science-fiction, le métaverse est un monde virtuel, un ensemble d’espaces en ligne persistants, partagés, interconnectés au sein d’un seul univers virtuel synchrone.
Ainsi, avec le métaverse :

– Les espaces en ligne sont toujours actifs, les éléments et les actifs dans ces espaces sont persistants et « possédés » par les participants d’une manière ou d’une autre (NFT, blockchain, etc. ). Les Tokens et NFT qui font « fureur » en ce moment trouveraient leur place dans cet univers permettant de posséder des actifs digitaux propres au metaverse. On parle d’univers persistant.

– Les utilisateurs interagissent les uns avec les autres dans des espaces partagés. La présence virtuelle est donc fondamentale. Elle s’exprime par l’utilisation d’appareils VR de logiciel de réalité augmentée.

– Via Internet, on pourrait avoir des interactions avec des espaces physiques comme une sorte de couche numérique (modélisation d’objets physiques, cartographie, dispositifs AR). Votre toile du dernier artiste de Street art fondée sur une technologie NFT peut aussi bien être présente dans votre salon que dans le métaverse.

– Tous les éléments sont interconnectés : les actifs, les contenus et les utilisateurs se déplacent entre les différents espaces de l’univers numérique plus large, et peuvent avoir un lien avec des événements physiques.

– Enfin, le métaverse est synchrone : les événements se produisent en temps réel et de manière cohérente pour tous les utilisateurs.

Ce rêve de Geek ne semble plus si loin d’être réalisable. Des univers persistants existent déjà notamment dans le jeu vidéo en ligne, des univers d’Entertainment se mélangent de plus en plus sous forme d’évènements cross-univers (par exemple le concert du rappeur Travis Scot dans le jeu Fornite, ou encore l’utilisation du skin du Basketteur Lebron James dans ce même jeu), et dans le cadre de la crise du Covid des espaces virtuels ont été créés afin que les supporters puissent suivre des matchs ensemble (le PSG et l’OL ont mené cette expérience avec la start up VICI FanFest incubée chez notre partenaire le Tremplin).

Compte tenu de la demande de ressources pour créer de tels univers interconnectables, leur création sera réalisée soit par des multinationales du digital, soit par des Etats. On parle dès à présent de milliards d’investissement, 10 000 ingénieurs travailleraient chez Facebook directement ou indirectement sur ce sujet, l’Etat coréen aurait mobilisé 200 sociétés de la Tech du pays pour les mêmes raisons.

Si chacun créé son univers, le métaverse permettra la connexion de tous ces univers en un seul comme aujourd’hui les réseaux de téléphonie mobile ou internet. Pour être interconnectées, les données devront se déplacer entre les espaces et les plateformes demandant des ressources de connexion et de stockage impressionnantes.

Cela va générer de nouveaux marchés en termes d’infrastructures, mais aussi avec la création de nouveaux supports de connexion et de contenu. En effet, rien n’est pire qu’un univers vide.

Les ayants droits de l’Entertainment et donc du sport tireront leur épingle du jeu de l’apparition de ce nouvel univers qui leur permettra de distribuer et de transformer leur contenu.

Quel club n’a pas rêvé de pouvoir s’adresser à l’ensemble de ses supporters en temps réel dans un espace où ils seront virtuellement présents ? Imaginez dupliquer votre stade à l’infini ? Présenter vos joueurs à l’ensemble de votre communauté qui pourront interagir physico virtuellement ensemble ? Lancer des maillots virtuels sous forme de NFT permettant de personnaliser sa présence. Multiplier les partenaires de sponsoring selon les univers. Les possibilités sont infinies…

Se poseront évidemment les difficultés d’aligner les droits réels (droits audiovisuels live et replay, droits des compétitions, droits des acteurs du jeu et droits marketings) sur les droits exploités dans le métaverse.
Ce cauchemar de boomer nous semble loin. Pourtant, il est déjà perceptible, même s’il se mettra véritablement en place dans une dizaine d’années. Les institutions sportives et les clubs seront-ils touchés par cette nouvelle transformation ? Vont-ils s’allier à des entités pour créer leur propre univers interconnectable au métaverse ou bien se feront-ils « uberisés » ?

Réponse dans moins de 10 ans.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dernières actualités

Sur les réseaux

Agenda

CODIR Foot Unis

Commission Paritaire de la Charte

Groupe de travail Dialogue Social

Groupe de travail Agents

Rdv de Laurent Nicollin avec la Ministre des Sports

Comité de Pilotage Entraineurs de la FFF

CA LFP

Commission Juridique LFP

Comité Directeur Foot Unis