Quel est l’impact de la dégradation de la situation des droits TV sur les comptes des clubs de Ligue 1 après l’accord conclu entre la LFP et Canal+ le 04/02/2021 ?

Selon la DNCG, qui vient de nous adresser des données précises, la perte représente près de 50 % des recettes prévues en droits TV, soit environ 400 M€. L’accord avec Canal+ pour la retransmission de 14 journées de Championnat, jusqu’à la fin de saison 2020-21, repose sur une somme relativement modeste de 35 M€.

Vous comprendrez, par conséquent, qu’il ne s’agit pas d’un deal financier, mais d’un deal stratégique et tactique pour des raisons d’exposition de notre football. On peut comprendre l’agacement de la direction de Canal+ en voyant la diffusion gratuite de matches sur l’antenne de Téléfoot, un agacement que les clubs ressentaient et partageaient eux aussi. Au final, nous percevrons environ 600 M€ de droits TV sur l’ensemble de la saison, soit 400 M€ de moins que prévu.

Pour le budget des clubs, cette perte est considérable. Est-ce la principale source de pertes pour le football professionnel ?

Non, à cette perte, il faut ajouter l’impact Covid-19 avec l’obligation qui nous est faite de disputer nos matches à huis clos, donc sans recettes guichets. On peut chiffrer la perte globale à 500 M€, un peu plus que pour les droits TV. Mais il existe un autre impact collatéral qui affecte, lui, le niveau du mercato français. La crise sanitaire qui sévit aussi chez nos voisins les empêche de recruter des joueurs à des montants identiques aux autres saisons.

Pour l’ensemble des clubs français, la perte liée au marché des transferts peut être évaluée à 400 M€. A ce sujet, on vient de prendre connaissance des chiffres du mercato d’hiver pour le Top 5 européen (Angleterre, Allemagne, Espagne, France et Italie). Ils sont implacables : la chute est vertigineuse, avec un milliard d’euros en janvier 2020 contre 250 M€ un an plus tard, en janvier 2021. Comme la France est le pays qui exporte le plus de joueurs, nous sommes -et de loin- les plus pénalisés.

Tous les clubs sont-ils touchés de la même façon ?

Pour les recettes stades manquantes, les plus gros clubs sont les principales victimes de la situation. Mais tout le monde est concerné par la chute du marché des transferts. À part en Premier League anglaise, les autres grands Championnats européens sont obligés de fonctionner en prêts ou en échanges de joueurs. Ils n’ont plus les moyens d’acheter. Prenez l’exemple de LaLiga espagnole où le mercato est passé d’1,3 Md€ en 2019 à 300 M€ en 2020 : une différence d’un milliard !

Pour revenir à la Ligue 1, au total, la perte va dépasser le milliard…

Largement ! Calculez vous-même en fonction de ce que je viens d’énoncer : on en est plutôt à 1,3 Md€ ! Mais contrairement à ce que l’on croit, même s’ils n’ont pas eu à subir l’effet Mediapro, la perte chez nos voisins est supérieure car le Covid-19 provoque bien plus de dégâts. En Allemagne et en Angleterre, la baisse des recettes stades dépasse le milliard d’euros, auxquels il faut additionner les pertes liées au mercato : on n’est pas loin d’1,5 Md€. Il faut remettre chaque chose à sa place : même avec la défaillance de Mediapro, mais sans Covid-19, le football professionnel français ne rencontrerait pas de graves problèmes de survie. En revanche, avec le Covid-19, et même si Mediapro avait honoré ses engagements, nous en serions à 800 M€ de pertes.

Quels sont les clubs pour lesquels l’impact mercato est le plus sérieux ?

Ceux qui n’ont pas réussi à vendre l’été 2020 subissent aujourd’hui les plus lourdes pertes car le marché des transferts est à la baisse à la fois en volume et en pourcentage. C’est bien simple : un joueur dont la valeur était estimée à 20 M€ vaut désormais, au mieux, la moitié de cette somme. Les Girondins de Bordeaux ont évalué leurs pertes à 67 M€, le Stade Rennais à 40 M€, le FC Lorient à 25 M€… En dépit de la Ligue des champions, Paris SG est en recul d’un peu plus de 200 M€, pour l’Olympique Lyonnais, l’Olympique de Marseille et l’AS Monaco, avant mercato, largement plus de 100 M€ de perte, sans doute. Mais ne nous y trompons pas : tous les clubs sont en danger comme n’importe quelle entreprise le serait en perdant la moitié de ses recettes, quelle que soit son secteur d’activité. Un élève de seconde commerciale, confronté à ces chiffres, ferait le même constat.

Peut-on parler de situation explosive pour les clubs ?

C’est le moins que l’on puisse dire, malheureusement ! Rares, en Ligue 1, seront les clubs qui perdront moins de 20 M€ en fin de saison. Sans une baisse des salaires, on se dirige vers de grosses faillites en France comme en Europe d’ailleurs. C’est le Covid-19 qui nous y contraint, pas la défaillance de Mediapro.

Êtes-vous vraiment persuadé que sans le Covid, et même avec la défaillance Mediapro, la France aurait pu s’en sortir ?

Bien sûr, grâce au mercato et à la vente de nos joueurs à l’étranger. Sans le Covid-19, les quatre grands Championnats que sont la Premier League, la Bundesliga, la Serie A et LaLiga n’auraient pas perdu 3 milliards d’euros de recettes et une grande partie de cet argent, comme les années précédentes, aurait profité aux clubs français. Lesquels clubs français, je vous le rappelle, car on a tendance à l’oublier, avaient déjà perdu 500 M€ en 2019-20 à cause de l’arrêt des Championnats (décision prise le 30/04/2020).

Si l’on vous suit bien, les clubs français auraient donc pu afficher des comptes positifs. N’est-ce pas une analyse disons… audacieuse, voire hasardeuse ?

Pas du tout. Nous aurions même pu investir et acheter de nouveaux joueurs. Le Covid-19 est la principale cause de nos malheurs, contrairement à ce que de nombreux observateurs disent. En insistant sur Mediapro, ils se trompent car ils ne font pas les bons calculs. Comment comprendre, sinon, que les clubs européens, qui n’ont aucun problème de versement de droits TV, subissent autant de pertes ?

Je le répète : ce n’est pas la défaillance de Mediapro qui nous a conduits à demander des aides de l’État, mais bel et bien le Covid-19. Je note d’ailleurs que même dans cette période de crise sanitaire, la contribution du football professionnel sera, cette saison, de plus d’1 milliard d’euros en charges, impôts et taxes. En conclusion, on va sombrer avec plus d’1 milliard d’euros de pertes en grande partie à cause du Covid-19, mais en même temps, on va verser 1 milliard d’euros de contributions à l’État… »

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL