Par Denis CHAUMIER

18 047 en 2019, 17 077 en 2020 : le nombre de transferts internationaux durant l’année 2020 a enregistré une baisse de 5,4% (moins 970 transferts au total) par rapport à l’année précédente.

Tel est le principal enseignement tiré du Global Transfer Market Report 2020 publié par la FIFA, qui indique également que le montant des indemnités, d’une année sur l’autre, a chuté de 23,4%, avec 7,350 milliards de dollars en 2019 contre 5,63 milliards de dollars en 2020. C’est la première fois depuis dix ans que le nombre de transferts internationaux diminue. Néanmoins, il convient de relativiser : le chiffre de 2020 reste le deuxième total le plus élevé de l’histoire du football.

« Il s’agit de la première chute depuis 2010, bien que le nombre de transferts soit demeuré plus élevé en 2020 qu’en 2018 (16 547). Cette tendance à la baisse s’explique sans conteste par la pandémie de Covid-19. Les 17 077 transferts ont impliqué un nombre record de 4 178 clubs et 187 associations membres », souligne ce rapport de FIFA TMS, plateforme qui enregistre les transferts internationaux.

Qu’apprend-on également à la lecture de ce rapport volumineux (84 pages) et riche d’un grand nombre de données statistiques ? Cinq points méritent d’être retenus.

1. Les 10 plus gros transferts internationaux ont généré 15 % du total des indemnités versées par les clubs. Quels sont-ils ? Kai Havertz (du Bayer 04 Leverkusen à Chelsea FC), Arthur (du FC Barcelone à la Juventus), Victor Osimhen (de LOSC Lille au SSC Napoli), Bruno Fernandes (du Sporting CP à Manchester United), Rúben Dias (de Benfica à Manchester City), Mauro Icardi (de l’Inter Milan au Paris St Germain), Miralem Pjanic (de la Juventus au FC Barcelone), Leroy Sane (de Manchester City au Bayern Munich), Alvaro Morata (de Chelsea à l’Atletico Madrid), Thomas Partey (de l’Atletico Madrid à Arsenal).

Par ailleurs, les 80 transferts les plus importants ont été responsables de 50 % du total des indemnités versées par les clubs sur la période.

Rappelons qu’une minorité de transferts internationaux donnent lieu au versement d’une indemnité d’un club à un autre : 2 273 sur un total de 17 077 mutations en 2020, soit 13,3 % seulement. Comme chaque année, les transferts sans indemnités représentent donc la très large majorité (14 804, soit 86,7 %).

2. Autre enseignement du rapport : le Paris SG (14e) et l’Olympique Lyonnais (18e) figurent dans le Top 20 des clubs européens ayant le plus dépensé pour acquérir des joueurs issus d’autres championnats. Le classement s’établit ainsi : 1. Chelsea FC ; 2. Manchester United ; 3. Manchester City ; 4. FC Barcelone ; 5. Juventus ; 6. Leeds United ; 7. Tottenham Hotspur ; 8. SL Benfica ; 9. SSC Napoli ; 10 Wolverhampton Wanderers ; 11. Arsenal ; 12. Bayern Munich ; 13. Atletico Madrid ; 14. Paris St Germain ; 15. Inter Milan ; 16. Borussia Dortmund ; 17. RB Leipzig ; 18. Olympique Lyonnais ; 19. Bayer 04 Leverkusen ; 20 Leicester City. Deux constatations : huit clubs anglais sont concernés et celui que l’on présente comme le plus grand club du monde, le Real Madrid, très discret à l’intersaison, s’illustre par son absence.

3. Avec 38 joueurs, l’AS Monaco est le 4e club européen ayant transféré le plus de joueurs vers d’autres championnats. Le club de la Principauté est devancé par Manchester City (45 joueurs), Dinamo Zagreb et Watford (43) et Benfica (40). Viennent ensuite Porto et Braga (37), la Juventus (36), Wolverhampton (35) et Chelsea FC (34).

4. Ce sont les Brésiliens qui sont les plus nombreux à être impliqués dans des transferts internationaux avec 2 008 joueurs, devant 899 Argentins, 817 Britanniques, 684 Français, 558 Espagnols, 493 Nigérians, 487 Colombiens, 445 Ghanéens, 431 Serbes et 365 Portugais.

5. Au total, les clubs français ont versé 531,8 M$ d’indemnités de transferts pour acquérir des joueurs issus d’autres pays, loin derrière la Premier League (1 627 M$), et ont perçu 459,4 M$ au titre des cessions en 2020.

Enfin, le Global Transfer Market 2020 inclut également pour la deuxième année consécutive les transferts internationaux de football féminin. Ils étaient au nombre de 1 035 en 2020, soit une augmentation significative avec + 23,7 % par rapport à 2019.

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL