Par Denis CHAUMIER

C’est à peu près entendu par tous les observateurs : il existe deux endroits au monde qui sont des terres bénies du football, la région de Sao Paulo, au Brésil, et la région parisienne, en France. C’est là, en effet, dans ce vivier inépuisable, que l’on voit émerger depuis plusieurs années des talents qui réussissent dans les plus grands clubs européens.

La saison dernière, on évaluait à cent cinquante le nombre de joueurs nés en Île-de-France évoluant dans les cinq plus grands championnats, titulaires au Paris SG, au Bayern Munich, à Chelsea, à l’Inter Milan ou à Séville. À eux seuls, les Franciliens représentaient 6 % des joueurs du top 5 européen. Nés à Lagny-sur-Marne (Paul Pogba-Manchester United), à Montreuil-sous-Bois (Nordi Mukiele-RB Leipzig), à Saint-Maurice (Adrien Rabiot-Juventus Turin) ou à Paris (Kylian Mbappé-Paris SG), ils sont très nombreux à être passés dans des clubs de la région parisienne. La liste est longue, avec les N’Golo Kanté, Kingsley Coman, Presnel Kimpembe, Anthony Martial, Wissam Ben Yedder, Riyad Mahrez, Joris Gnagnon, Jonathan Ikoné ou William Saliba. En 19/20, sur les 94 joueurs français qui évoluent dans les quatre grands championnats européens, 42 sont issus de Paris ou de la région parisienne, soit 45% ! Autre chiffre assez remarquable : plus d’un tiers des champions du monde 2018 (8 au total) sont issus de Paris et de sa région.

Grosse densité démographique dans une région peuplée de 12 millions d’habitants (19% de la population française), fort tissu de clubs amateurs, 270 000 licenciés : le football, sport le plus accessible avec beaucoup de structures d’accueil et un prix de cotisation assez faible, apparaît comme l’un des moyens les plus efficaces de s’extirper de la précarité qui frappe les départements de la région parisienne. Autrement dit de réussir socialement. L’urbanisation et la construction de « city­stades » favorisent l’évolution de ces jeunes au talent naissant. Difficile de les rater avec un tel brassage : nés avec la culture du football de rue, ils peuvent travailler leur technique et leur formation tactique au sein des clubs.

Seul bémol à ce constat -et il est de taille : l’idée répandue est qu’il faut partir de la région parisienne pour réussir. A son niveau, Paris SG fait en sorte de promouvoir et de garder les jeunes talents parisiens. S’il existait deux ou trois autres clubs professionnels d’élite comme c’est le cas à Londres par exemple, sûr qu’il serait plus facile de conserver, en Ligue 1, toutes ces pépites…

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL