« Droits TV internationaux, le challenge du football professionnel français » : tel était le thème de l’une des quatre conférences de la 3e Convention des clubs professionnels de football, organisée à l’hôtel Martinez de Cannes, les 22 et 23 mai. Un sujet qui préoccupe beaucoup le monde professionnel. Il faut savoir que les droits TV internationaux de la Ligue 1 ont été attribués, pour la période 2018-2024, à beIN Media Group, en mai 2014, selon un contrat qui garantit un montant minimum de 80 M€ par saison, soit 480 M€ sur la période de six ans. Au-delà de 480 M€, il est prévu que les revenus soient partagés à parts égales entre beIN et la LFP. Pour le président de l’Olympique de Marseille, ce « contrat à l’international ne doit pas servir qu’à la promotion du Paris SG, mais à celle de tout le football français, même s’il est tout à fait normal que Neymar, qui est une star mondiale, soit mise en avant pour favoriser la visibilité du championnat ». Il entend aller bien au-delà en proposant une stratégie offensive pour partir à la conquête du monde. « Je trouve que nous adoptons trop souvent une attitude de contrôleur de gestion, de comptable concernant le développement de notre championnat, a-t-il notamment regretté au cours de la conférence. La Liga dépense 23 M€ par an pour promouvoir le football espagnol à l’étranger. A la LFP, ce budget est de 3 ou 4 M€. Ce n’est pas avec cet investissement que nous allons concurrencer nos voisins. » Jacques-Henri Eyraud préconise la transformation digitale de la Ligue. « Je pense que le football français doit investir dans une plateforme OTT internationale comme le NFL League Pass. Il est impossible de voir un match de Ligue 1 aux États-Unis. C’est un service qui nous permettra de développer la notoriété du championnat, de recruter et fidéliser les supporters des clubs de Ligue 1 partout dans le monde. Il faut savoir parfois sacrifier des revenus à court terme pour en développer de plus importants dans le futur. Il faut arrêter de raisonner par rapport aux diffuseurs traditionnels et accélérer la transformation digitale. En 2000, la MLB a investi 120 M$ pour créer une filiale digitale, aujourd’hui cette filiale, autour de la production et distribution de contenus, génère 700 millions de dollars de chiffre d’affaires… »

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL