David Dein, ambassadeur de la Premier League et ancien vice-président d’Arsenal FC, était le principal participant de la table ronde qui visait à analyser les raisons de l’avance prise par la Premier League sur les autres championnats européens depuis sa création en 1992. Voici quelques extraits de son intervention.

« Dans les années 80, il y avait des bagarres sur les terrains et en dehors en Angleterre, les femmes et les enfants ne se déplaçaient plus dans les stades, stades qui étaient en mauvais état. Nous avons décidé de créer la Premier League, pour réunir uniquement les 20 clubs de l'élite et non plus les 92 clubs professionnels anglais, afin de faciliter la prise de décision. Nous avons décidé d’offrir un spectacle attrayant, qui intéresse les diffuseurs TV et c’est notamment la télévision et les ressources qu’elle génère qui ont tiré le football anglais vers le haut.
En 2015-16, l’affluence moyenne de Premier League était de 36 481 spectateurs, avec 96 % de taux de remplissage. Et de nombreux clubs vont agrandir la capacité de leur stade. En 1992, l’affluence moyenne était à peine supérieure à 20 000 spectateurs.
Aujourd’hui, 25 % des spectateurs sont des femmes et 12 % des abonnés ont moins de 16 ans.
En 1992, nous avions décidé un système de répartition des revenus TV très démocratiques. Le club qui finit dernier reçoit 65 % des sommes perçues par le premier. Que tout le monde puisse battre tout le monde est un élément clé de la Premier League.
Le championnat anglais a enregistré 1,2 milliard de téléspectateurs cumulés en 2014-15, dont 454 millions en Europe et 346 millions en Asie et en Océanie. C’est de loin le championnat le plus regardé à l'étranger.
Est-ce que la réussite de la Premier League est un danger pour l'équipe d’Angleterre ? Dans le sport, on peut toujours blâmer quelqu’un… La Premier League a été créée en 1992, l’Angleterre a gagné son seul titre, la Coupe du monde 1966, 26 ans plus tôt. Donc je ne pense pas que la Premier soit la cause des mauvais résultats de l'équipe d’Angleterre.
Il est trop tôt pour connaître les conséquences du Brexit. Ce serait terrible si on ne pouvait plus attirer les meilleurs joueurs européens en Angleterre. J’espère que ceux qui ont voté pour le Brexit ont conscience des conséquences, et pas seulement pour le football, c’est tout à fait rétrograde !
Personne n’a l’exclusivité du progrès. Mais les conseils que je peux donner aux clubs français sont les suivants : les clubs professionnels doivent avoir une vision, savoir ce qu’ils veulent, avoir une bonne gouvernance, réfléchir sur la façon d’augmenter leurs ressources et faire preuve de courage.
»

Partager

Dernières actualités

Sur les réseaux

Aucun flux n’a été trouvé avec l’ID 4. Allez sur la page Tous les flux et sélectionnez un ID dans un flux existant.

Agenda

CODIR FU

CODIR FU

ASSEMBLEE GENERALE FU

CONVENTION DES CLUBS PROFESSIONNELS DE FOOTBALL